Fermer
Chargement...

1 /

    Chargement...

Lundi

  • La chronique de Gérard Collard

Mardi

  • La chronique de Marina Carrère d'Encausse
  • Les déblogueurs à Saint-Maur en Poche

Mercredi

  • La chronique de Jean Casel
  • La chronique de Gérard Collard

Jeudi

  • Les plateaux de Saint-Maur en Poche
  • Les références des livres présentés dans "Les coups de coeur des libraires" sur LCI

Vendredi

  • La chronique de Gérard Collard
  • Les références des livres présentés dans "Le magazine de la santé" sur France 5

Samedi

  • La chronique de David Medioni
  • Les références des livres présentés
    dans "A livre ouvert" sur France Info

Dimanche

  • La chronique de Jean-Edgar Casel

Romans Voyage


L'ODYSSEE DE L'ENDURANCE

SHACKLETON, ERNEST

Paul-Émile Victor aimait à rappeler que s'il avait consacré sa vie à l'exploration des régions polaires, c'était pour avoir lu un jour la relation du voyage de Sir Ernest Shackleton à bord de l'Endurance : à ses yeux le plus beau récit d'aventures qui ait été publié en ce siècle - rien de moins. Deux ans après qu'Amundsen eut atteint le pôle Sud, Shackleton s'embarque à bord de l'Endurance. Son but : débarquer sur la côte de l'Antarctique une équipe d'exploration au complet. et tenter de traverser, en traîneaux à chiens, le continent glacial dans toute sa largeur, de la mer de Weddell (Atlantique sud) à la mer de Ross (qui s'ouvre au sud de la Nouvelle-Zélande).En fait rien ne se passa comme prévu et l'expédition faillit bien tourner à la tragédie : il s'en fallut quasi d'un miracle. ou plutôt de l'obstination insensée d'un homme qui s'ingéniait à trouver dans la pire adversité des ressources insoupçonnables. Shackleton et son équipage ne réussiront même pas à toucher le continent : leur navire, prisonnier des glaces dès l'hiver austral 1915, finira broyé par la banquise après quelques mois de dérive. Il leur faut alors, pendant des semaines, pousser sur la glace leurs trois chaloupes montées sur traîneaux, jusqu'à la mer libre. et de là, tenter de remonter vers le nord et atteindre une île où l'on puisse les secourir. Après une navigation périlleuse au milieu des icebergs, sans nourriture et presque sans sommeil, la petite troupe réussit à toucher l'île Éléphant, aux portes de la mer de Weddell. Mais l'île est déserte et aucun navire ne fréquente ces parages. Shackleton ose alors l'impossible : il laisse sur place le gros de son expédition, qui tentera de survivre quatre mois durant presque privée de tout. et rejoint en canot, avec cinq hommes, les côtes de l'archipel de Géorgie du Sud où hivernent parfois quelques baleiniers - soit 1 500 km à la voile et à la rame à la veille de l'hiver austral ! Il lui faudra encore traverser, sans aucun matériel, les montagnes et les glaciers vertigineux de l'archipel ( jusqu'alors inexplorés) avant de toucher le premier poste civilisé. Puis organiser rien de moins que quatre tentatives pour rallier l'île Éléphant bloquée par les glaces. et ramener finalement son équipe au complet. Bref, un échec. Mais où Paul-Émile Victor persiste à voir la plus fabuleuse aventure jamais vécue par les hommes en terre australe. Et de s'étonner que la dernière édition intégrale de ce texte en français (avant sa remise au jour par Phébus en 1988) remonte aux années trente ! (C'est elle qui se trouve reprise ici, illustrée par les célèbres photos de Frank Hurley, membre de l'expédition - dont la BBC a tiré il y a quelques années un film primé dans plusieurs festivals internationaux.) Sentiment de la presse à l'occasion de la redécouverte de ce texte, résumé par Jean-Louis Ezine dans le Nouvel Observateur : « Quand on nous envoie Shackleton, même Paul-Émile Victor s'agenouille ! »
voir la fiche du livre
10.70 €

MARTIN EDEN

LONDON, JACK

Martin Eden (1909), l'un des plus romanesques parmi les romans de London, peut se lire entre les lignes comme une sorte d'autobiographie. Martin, ouvrier devenu écrivain, n'arrive plus à se reconnaître dans le prolétariat dont il est issu, mais vomit la bourgeoisie qui lui tend les bras. Amoureux d'une jeune fille riche, il comprend que sa place ne sera jamais auprès d'elle, refuse les compromissions qui lui permettraient de la conquérir. Se devinant voué à la solitude et à l'échec, il décide de précipiter sa fin.Martin Eden, le chef-d'oeuvre de Jack London : dans une traduction pour la première fois fidèle à l'original.
voir la fiche du livre
11.80 €

LATITUDE ZERO - 40 000 KM POUR PARTIR A LA RENCONTRE DU MONDE

HORN, MIKE

Lorsqu'il décide de parcourir en solitaire les 40 000 kilomètres de l'équateur, Mike Horn se lance un défi inouï. Des côtes d'Afrique aux portes de l'Asie en passant par l'immensité du continent américain, il devra traverser trois océans ; autant de jungles impénétrables ; deux sommets de 6 000 mètres ; des pays en guerre, rongés par la maladie, envahis de faune hostile et de flore vénéneuse. Son exigence est stricte : jamais il ne quittera la «latitude zéro», jamais il ne s'éloignera de cette ligne imaginaire... Avec cette aventure où le destin du voyageur bascule au gré des tempêtes et des rencontres, Mike Horn se lance dans un violent face-à-face avec le monde : envoûtante de beauté, sa route croisera l'errance des damnés de la terre, des chercheurs d'or de l'Amazonie aux peuples d'Afrique en guerre. «(Une) aventure palpitante (...). À lire absolument (...).» Vivre l'aventure
voir la fiche du livre
7.60 €

L'APPEL SAUVAGE

LONDON, JACK

C'est le plus grand livre que london aura consacré au monde du froid, mais c'est beaucoup plus que cela : par-delà l'aventure du chien buck, entraîné dans la terrifiante ruée vers l'or du klondike, rudoyé et humilié par la chiennerie humaine, c'est le plus bel hymne que le grand écrivain américain ait composé à la gloire - ambiguë - du monde sauvage.Michel le bris a tenu à préfacer cette édition d'un texte à ses yeux capital, que les lecteurs de langue française, aussi étrange que cela paraisse, n'ont pu lire longtemps que dans une traduction aussi incomplète que peu fidèleSous un titre enfin conforme à l'original (the call of the wild)Une redécouverte, qui sera, pour le plus grand nombre, une véritable découverte.
voir la fiche du livre
8.10 €

RUE SAINT-ANTOINE (LA) (VENTE FERME)

DUBOIS, CLAUDE

Résumé non disponible

UN DIABLE D'HOMME

BRODIE, FAWN

Sir Richard Burton (1821-1890) eut une existence agitée et gouverna sa vie avec la volonté d'en faire un roman d'aventure destiné à faire pâlir, par comparaison, les plus invraisemblables fictions : il découvrit les sources du Nil, entra dans La Mecque interdite déguisé en Arabe, traduisit magistralement les Mille et Une Nuits, s'appliqua à parler une trentaine de langues, posa les bases de l'ethnographie moderne, s'initia à la plupart des perversions sexuelles et fut considéré par ses pairs comme le premier génie de son temps. Fawn Mc Brodie, née en septembre 1915 dans une famille mormone, obtint en 1936 un Master of Arts en littérature anglaise et eut, au fur et à mesure de ses études, de plus en plus de doutes spirituels. Elle publia en 1945, juste après la Seconde Guerre mondiale, une biographie très personnelle de Joseph Smith, fondateur du mormonisme, et fut excommuniée tout en ayant de son côté perdu la foi. Fascinée par la psychohistoire - l'application de théories psychanalytiques à l'étude des personnalités historiques -, elle écrivit en 1974 une autre biographie controversée sur le président américain Thomas Jefferson. Cet enfant terrible de la société victorienne, qui fut l'incarnation par excellence de l'esprit d'aventure , s'est éteint en 1981 des suites d'un cancer. Son dernier ouvrage sur Richard Nixon fut publié inachevé.
voir la fiche du livre
13.70 €

AU COEUR DE L'ANTARCTIQUE - VERS LE POLE SUD 1908-1909

SHACKLETON, ERNEST

Au début du siècle précédent, le pôle Sud constituait encore une des dernières terra incognito de la planète. Von Drygalski, Nordenskjöld, Charcot, Scott, tous avaient été vaincus par les glaces. Mais, à bord du Discovery de Scott, un homme se jure de revenir à la charge : le bouillant sir Ernest Shackleton. Il vend tout ce qu'il possède et arme en 1908 un petit phoquier. Un défi fou ? Des vents d'une violence inouïe, des températures extrêmes, la faim et des crevasses à chaque pas, voilà ce qui attend Shackleton et ses compagnons sous le soleil rasant du pôle. Le récit intégral et illustré, publié en 1910 par la revue Le Tour du monde, de la prodigieuse expédition de l'un des plus grand héros de l'aventure polaire. Le célèbre géologue polaire Raymond Priestley résumait ainsi les mérites des trois plus grands explorateurs de l'Antarctique : Comme chef d'expédition, donnez-moi Scott. Pour un raid rapide et efficace, Amundsen... Mais quand l'adversité vous entoure et que vous ne voyez pas d'issue, agenouillez-vous, et priez que l'on vous envoie Shackleton. On ne saurait mieux évoquer la personnalité de l'illustre Sir Ernest (1874-1922), dont les voyages sont autant de chroniques de l'impossible.
voir la fiche du livre
8.70 €

MEMOIRES ET VOYAGES OU LETTRES A DIVERSES EPOQUES, PENDANT DES COURSES EN SUISSE, EN CALABRE, EN ANG

CUSTINE ASTOLPH

Custine a vingt ans lorsqu'il parcourt la Suisse, l'Italie et la Calabre (1811-1812) ; dix de plus lors de son voyage en Angleterre et en Ecosse. Dans des lettres qui lui tiennent lieu de journal, il décrit les paysages traversés, les habitants et leurs us et coutumes. En jeune romantique, il est troublé par les ciels brillants d'Italie comme par les Highlands brumeux et désertés. Excursions montagnardes, dangers des grands chemins et des eaux peu clémentes, déserts ou pluies torrentielles. Custine offre de belles pages de roman d'aventures et, avec un art consommé de la saynète, brosse une galerie de portraits aussi savoureux que réalistes, du pédant au guide mal embouché, de la coquette à l'aubergiste matois. Des salons londoniens aux auberges calabraises, des temples de Paestum aux manufactures anglaises, confronté aux antagonismes religieux, moraux ou sociaux de son époque, Custine forge ses propres opinions sur le monde et pose un regard lucide sur lui-même et sur ses contemporains.
voir la fiche du livre
9.80 €

SOUS L-ETOILE DE LA LIBERTE

TESSON SYLVAIN

Sylvain Tesson a parcouru à pied, à cheval et à bicyclette le chemin de ceux qui ont fui le Goulag ou l'oppression soviétique à partir des années 1920 jusqu'à l'effondrement de l'URSS. Ce rude voyage de huit mois, durant lequel il rencontre des dizaines de survivants du système concentrationnaire, est une célébration de l'esprit d'évasion, et un hommage à ceux qui choisissaient la liberté mais connaissaient alors le froid, la faim et la solitude extrême.