Fermer
Chargement...

1 /

    Chargement...

Lundi

  • La chronique de Gérard Collard

Mardi

  • La chronique de Marina Carrère d'Encausse
  • Les déblogueurs à Saint-Maur en Poche

Mercredi

  • La chronique de Jean Casel
  • La chronique de Gérard Collard

Jeudi

  • Les plateaux de Saint-Maur en Poche
  • Les références des livres présentés dans "Les coups de coeur des libraires" sur LCI

Vendredi

  • La chronique de Gérard Collard
  • Les références des livres présentés dans "Le magazine de la santé" sur France 5

Samedi

  • La chronique de David Medioni
  • Les références des livres présentés
    dans "A livre ouvert" sur France Info

Dimanche

  • La chronique de Jean-Edgar Casel

Pleiade Pleiade


AGENDA PLEIADE 2021

COLLECTIFS GALLIMARD

Résumé non disponible
voir la fiche du livre
12.20 €

MIDDLEMARCH LE MOULIN SUR LA FLOSS

ELIOT, GEORGE

Ce volume contient : Préface - Introduction - Chronologie - Note sur la présente éditionLe Moulin sue la Floss - Middlemarch, étude sur la vie de province« Le Moulin sur la Floss et l'emprise du passé » - « Middlemarch et les aménagements du présent »Notices et notes - BibliographiePréface de Nancy Henry et George LevineÉdition établie par Alain JumeauTraductions d'Alain Jumeau et Sylvère MonodAvec deux essais de Mona OzoufÉditrice et critique littéraire, Marian Evans (1819-1880) publie son premier roman à l'âge de 40 ans, Adam Bede, sous le pseudonyme de George Eliot. Le succès fut immédiat, et les ouvrages majeurs vont se succéder jusqu'à sa mort. Middlemarch (1871) est considéré comme l'une des dix plus grandes oeuvres littéraires jamais écrites, et George Eliot compte aujourd'hui parmi les plus grands écrivains de l'époque victorienne.
voir la fiche du livre
63.00 €

ROMANS ET RECITS

KESSEL, JOSEPH

Le tome 1 contient : Introduction - Chronologie - Note sur la présente édition L'équipage - Mary de Cork - Makhno et sa juive - Les captifs - Belle de jour - Vent de sable - Marchés d'esclaves - Fortune carrée - Une balle perdue - La passante du Sans-Souci - L'armée des ombres - Le chant des partisans - Le Bataillon du ciel, scénario - Le bataillon du ciel, roman Autour des oeuvres de Joseph Kessel : articles, nouvelles, avant-propos, chapitres ou passages écartés, extraits de textes autobiographiques inédits Notices et notes.Le tome 2 contient : Chronologie - Avertissement Au Grand Socco - La piste fauve - La vallée des rubis - Hong Kong et Macao - Le lion - Les cavaliers Autour des oeuvres de Joseph Kessel : articles, nouvelles, avant-propos, chapitres ou passages écartés, extraits de textes autobiographiques inédits Notices et notes - Bibliographie Édition publiée sous la direction de Serge Linkès, avec la collaboration de Philippe Baudorre, Marie-Astrid Charlier, Yvan Daniel, Pascal Génot, Thierry Oswald, Camille Panier et Dolorès Thion.
voir la fiche du livre
135.00 €

OEUVRES

ORWELL, GEORGE

Ils ne sont pas légion, les écrivains auteurs d'un livre devenu plus célèbre qu'eux, si célèbre, à vrai dire, qu'il rayonne bien au-delà du cercle de ses lecteurs et touche des personnes qui, sans jamais l'avoir ouvert, en connaissent la trame et en utilisent les mots-clefs. De ce club fermé d'écrivains George Orwell est, aux côtés de Swift (qu'il a lu de près), un membre éminent. Le regard porté sur son oeuvre en a été profondément modifié. Ses deux derniers romans, La Ferme des animaux et plus encore Mil neuf cent quatre-vingt-quatre, ont en quelque sorte requalifié ses écrits antérieurs, hissant leur auteur au rang de classique anglais du XXe siècle, sans pour autant mettre fi n aux débats: l'éventail des jugements portés sur Orwell demeure grand ouvert, et il va du dédain à l'idolâtrie.Sans tomber dans aucune de ces extrémités, il faut reconnaître la cohérence de l'oeuvre, tout entière fondée sur une ambition : « faire de l'écriture politique un art véritable ». « Un homme à la colère généreuse », « une intelligence libre », « le genre que haïssent également toutes les orthodoxies malodorantes qui s'affrontent aujourd'hui pour la possession de nos âmes » : ces traits empruntés à son portrait de Dickens dessinent l'autoportrait d'Orwell. Dans ses articles, ses essais, ses récits-reportages, ses romans mêmes, celui-ci fait partager ses convictions et ses refus. Ses écrits se nourrissent de ses engagements personnels, de sa démission d'un poste de fonctionnaire de la Police impériale des Indes (En Birmanie), de son intérêt pour la condition des indigents des deux côtés de la Manche (Dans la dèche à Paris et à Londres) ou pour le sort des mineurs du Yorkshire (Wigan Pier au bout du chemin), de son séjour dans l'Espagne en guerre (Hommage à la Catalogne) et de sa guérilla incessante contre les mensonges et les crimes staliniens. Mais ce sont donc ses deux derniers romans qui ont fait sa gloire
voir la fiche du livre
66.00 €

ROMANS ET RECITS T.2

Le tome 2 contient : Adieu Gary Cooper - Chien Blanc - Les enchanteurs - Émile Ajar, Gros-Câlin - Émile Ajar, La vie devant soi - Émile Ajar, Pseudo - Clair de femme - Les cerfs-volants - Vie et mort d'Émile Ajar.La réalité n'est jamais aussi belle que le rêve d'une mère. Gary a connu d'éclatants succès, mais il a vu son oeuvre se heurter à des réticences. La popularité de l'écrivain et sa reconnaissance n'ont pas marché du même pas. Ce n'est pas exceptionnel, et cela s'explique. Les obstacles à une consécration rapide étaient multiples. Le style de l'homme a pu en être un. La manière du romancier en fut un autre.Gary a été un extraordinaire raconteur d'histoires et un inventeur de personnages en un temps, l'«ère du soupçon», où ces notions, l'histoire, le personnage, étaient réputées périmées. Or pour lui, le récit - l'histoire - n'est pas la part honteuse du roman. Mais c'est se tromper lourdement que de voir en lui, sous ce prétexte, un écrivain conventionnel. La mise en abyme dans Éducation européenne, la polyphonie des Racines du ciel, la voix narrative fantastique dans La Danse de Gengis Cohn, la dimension autofictionnelle de La Promesse de l'aube et de Chien Blanc, la temporalité dans Les Enchanteurs ou l'inventivité verbale et les dispositifs narratifs d'Émile Ajar ne sont pas précisément des signes de soumission au roman hérité du XIXe siècle. Encore faut-il, pour s'en aviser, ne pas passer à côté d'une prose qui mélange les genres, avoue ce qu'elle doit à la poésie et s'autorise toutes les libertés, à commencer par un humour qui a pu déconcerter autant qu'il séduit, parce qu'il va de l'ironie la plus fine au grotesque le plus assumé. Cet humour n'est pas un ornement : il est fondamental. D'une part, il conjure la tentation de l'idéalisme
voir la fiche du livre
71.00 €

OEUVRES

Staël-Holstein Germaine de

Germaine de Staël a pour père Jacques Necker, ministre de Louis XVI, et pour mère Suzanne Curchod, qui tient un salon dont Diderot et Buffon sont les habitués. Elle accède dès son plus jeune âge au monde des Lettres, à celui des idées, au "monde" tout court. "Condamnée à la célébrité sans pouvoir être connue", elle entend être jugée sur ses écrits. Son premier ouvrage significatif est consacré à Rousseau. Elle est d'une certaine manière la fille des Lumières et de la Révolution. Elle deviendra, de son vivant, la femme la plus célèbre d'Europe. La destinée des femmes - en particulier la question de leur liberté - est au coeur de son oeuvre. Au tournant du siècle (1800), on lit dans De la littérature que l'ordre social est "tout entier armé contre une femme qui veut s'élever à la hauteur de la réputation des hommes". Cela se vérifiera. Le livre, ambitieux, se propose de "caractériser l'esprit général de chaque littérature dans ses rapports avec la religion, les moeurs et le gouvernement". La seconde partie est consacrée à "l'état actuel des Lumières en France". Le Premier Consul préfère entendre parler du siècle de Louis XIV. Il n'aura de cesse d'éloigner Staël et de l'empêcher de (lui) nuire. Elle met en pratique ses idées sur le roman avec Delphine (1802), que l'on citera, avec La Nouvelle Héloïse et Werther, parmi les modèles du roman moderne. La forme épistolaire rassure le public, mais le texte est un véritable terrain d'exploration psychologique. L'héroïne appartient à la même génération que l'auteur, partage ses espérances, doit comme elle faire son deuil de la société idéale à laquelle elle aspirait. L'amour est peut-être le "seul sentiment qui puisse dédommager les femmes des peines que la nature et la société leur impose" , mais que valent les sentiments face à l'opinion publique ? Comme Staël, comme bientôt Corinne, Delphine détonne dans une société qui préfère l'hypocrisie à l'enthousiasme. Le livre connaît un immense succès. La manière dont il aborde les questions politiques et sociales - émigration, religion, divorce - n'a rien pour plaire en haut lieu. Trop anticatholique, trop anglophile, trop révolutionnaire : Germaine de Staël devra désormais se tenir à plus de quarante lieues de Paris. Elle va se consoler en Allemagne, découvre l'appel de l'Italie, publie en 1807 son second roman, Corinne ou l'Italie. Corinne, une poétesse anglo-italienne, ne se conforme pas au modèle féminin en vigueur dans la société. Eperdument amoureuse d'Oswald, un Ecossais mélancolique assujetti aux lois patriarcales, elle lui sacrifie ses talents littéraires. D'aucuns verront dans cette tragédie d'une artiste géniale et insoumise, mais victime de l'amour, une autobiographie déguisée de la romancière, dont Benjamin Constant, qui savait de quoi il parlait, disait qu'elle avait un "esprit d'homme, avec le désir d'être aimée comme une femme".
voir la fiche du livre
72.50 €

OEUVRES COMPLETES III, IV

Duras Marguerite

Ensemble des oeuvres de la femme de lettres française, parues à partir de 1974, comprenant notamment les écrits«Outside»et«Yeux verts».
voir la fiche du livre
133.00 €

OEUVRES ROMANESQUES COMPLETES (TOME 3)

Stendhal

Bibliothèque de la pléiadeCe volume contient :A - ImaginationLa Duchesse de PallianoLisimonL'abbesse de CastroLa chartreuse de ParmeAppendicesTrop de faveur tueLe chevalier de Saint-IsmierFéderPhilibert LescaleLamielAppendicesDon PardoSuora Scolastica
voir la fiche du livre
67.50 €

VOYAGES EN ITALIE

STENDHAL

«Il existe entre Stendhal et l'Italie un lien fort étroit. La qualification de Milanese, qui figure dans l'épitaphe du cimetière Montmartre, n'a pas seulement une valeur sentimentale : elle constate un état de fait. L'écrivain a passé dans la péninsule - et à des titres divers comme militaire, touriste, exilé volontaire, consul de France - un tiers environ de sa vie. Ce séjour prolongé au-delà des Alpes non seulement a donné à la plus grande partie de son oeuvre une coloration particulière, mais aussi ne lui a pas inspiré moins de trois relations de voyage. C'est beaucoup, lorsqu'on songe que Stendhal n'a publié qu'une douzaine d'ouvrages. Ainsi le voyage occupe, avec le roman, une place privilégiée dans sa production littéraire.Ce n'est pas le seul rapprochement possible entre deux genres différents, voire antithétiques. De même que le roman stendhalien a une structure et une portée inconnues jusqu'alors, de même le récit de voyage stendhalien n'a rien de commun avec une catégorie d'ouvrages où, en dépit de noms illustres - Montaigne, le président De Brosses, Montesquieu, et, à une date plus récente, Chateaubriand - foisonnait un fatras d'itinéraires dont la note dominante était la banalité. Loin de là, les voyages publiés par le Grenoblois tranchent avec la tradition