Fermer
Chargement...

1 /

    Chargement...

Lundi

  • La chronique de Gérard Collard

Mardi

  • La chronique de Marina Carrère d'Encausse
  • Les déblogueurs à Saint-Maur en Poche

Mercredi

  • La chronique de Jean Casel
  • La chronique de Gérard Collard

Jeudi

  • Les plateaux de Saint-Maur en Poche
  • Les références des livres présentés dans "Les coups de coeur des libraires" sur LCI

Vendredi

  • La chronique de Gérard Collard
  • Les références des livres présentés dans "Le magazine de la santé" sur France 5

Samedi

  • La chronique de David Medioni
  • Les références des livres présentés
    dans "A livre ouvert" sur France Info

Dimanche

  • La chronique de Jean-Edgar Casel

Divers Histoire


LES ENFANTS DU DERNIER SALUT

Brull-Ulmann Colette

En 1942, Colette a 22 ans et elle est étudiante en médecine à l'hôpital Rothschild de Paris. En fait d'hôpital, c'est plutôt l'antichambre de l'enfer puisque les Juifs qui passent par cet établissement sont ensuite envoyés dans les camps de la mort. Face à l'atrocité de la situation, Colette intègre un réseau d'évasion qui permet aux enfants de l'hôpital d'échapper à la déportation. Car, si personne ne sait vraiment ce qui les attend, on connaît l'horreur du transport, entassés pendant des jours dans des wagons sans eau et sans vivres. Pour sauver ces enfants, le réseau truque les registres ou déclare décédés des nourrissons que l'on fait sortir en passant par la morgue... Malgré les soupçons des Nazis et plusieurs arrestations, des centaines d'enfants sont ainsi sauvés. Dernier membre vivant de ce réseau, Colette témoigne dans ce document bouleversant et essentiel. L'histoire de l'extraordinaire réseau d'évasion d'enfants Juifs à Paris.
voir la fiche du livre
17.90 €

MEMOIRES DE LA GRANDE GUERRE T.2

Churchill Winston

Ce second volume des Mémoires de la Grande Guerre s’ouvre sur l’année 1915 pour s’achever avec la victoire de 1918. Rendu responsable du sanglant échec de l’opération des Dardanelles, Winston Churchill, alors Premier lord de l’Amirauté, doit démissionner du gouvernement en novembre 1915. Mais il n’en reste pas moins actif et rejoint le front de France. C’est en tant que commandant de bataillon qu’il participe aux combats dans les tranchées des Flandres jusqu’en mai 1916. Député à la Chambre des Communes, il porte un regard acéré sur cette Europe devenue un immense champ de batailles et analyse avec justesse les batailles de Verdun et de la Somme. Nommé ministre de l’Armement en juillet 1917, il devient le Carnot de la Grande Guerre, tout en suivant le déroulement des opérations sur le terrain jusqu’à l’armistice final. Avec un ton épique, un style admirable et un humour omniprésent, Churchill nous livre des jugements bien tranchés sur les hommes politiques et les militaires de l’époque. Un document irremplaçable sur l’histoire de la Première Guerre mondiale.
voir la fiche du livre
12.50 €

MEMOIRES DE LA GRANDE GUERRE T.1 - 1911-1915

Churchill Winston

La Crise mondiale propose la même méthode : Churchill se fait le chroniqueur des événements qui ont bouleversé le monde pendant la Première Guerre mondiale. Il en est le témoin et l'un des acteurs principaux. Lorsque paraissent les deux premiers volumes de La Crise mondiale, au printemps et à l'automne 1923, l'écrivain Winston Churchill est bien plus populaire en Grande-Bretagne que le politicien. Ces Mémoires connaissent immédiatement un grand succès - la Grande Guerre est encore dans tous les esprits (elle n'est achevée que depuis 5 ans) - et traitent d'une période pendant laquelle Churchill est ministre. Ils donnent donc au lecteur un aperçu sans précédent des coulisses du conflit. En tant que Premier Lord de l'Amirauté, Churchill se trouve alors au coeur des affaires internationales, au plus près des leaders politiques et militaires du temps. Outre le style de Churchill, que l'on a toujours plaisir à redécouvrir et à lire, La Crise mondiale est un document irremplaçable : à l'appui d'une documentation considérable, Churchill livre sa vision de la Grande Guerre. On y retrouve des jugements bien tranchés sur les politiciens et les militaires de l'époque, une ampleur de vues stupéfiante, un ton épique, un style admirable et un humour omniprésent. Il se met aussi en scène, ce que résuma perfidement Arthur Balfour pour qui La Crise mondiale n'est autre que " la brillante autobiographie de Winston déguisée en histoire de l'univers ".
voir la fiche du livre
12.50 €

POUR UNE HISTOIRE DES POSSIBLES - ANALYSES CONTREFACTUELLES ET FUTURS NON ADVENUS

DELUERMOZ

Et si l'histoire avait suivi un autre cours ? Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou prennent la question à bras le corps et mènent l'enquête au sein d'une vaste littérature pour saisir la diversité des usages de l'analyse contrefactuelle - des fictions uchroniques les plus loufoques aux hypothèses scientifiques les plus sérieuses. Ils s'attachent à cerner précisément les conditions d'un usage légitime et pertinent pour les sciences sociales, repensant les enjeux de la causalité et de la vérité, des rapports entre histoire et fiction, entre déterminisme et contingence. Une réflexion ambitieuse et novatrice sur l'écriture de l'histoire, sa définition et sa mise en partage.
voir la fiche du livre
12.00 €

L'IMPOSSIBLE INNOCENCE - HISTOIRE DE L'AFFAIRE SEZNEC

PIERRE MICHEL

1923, Pierre Quéméneur, homme d'affaires et politicien disparaît, pendant le déplacement qu'il effectuait en automobileavec Guillaume Seznec entre la Bretagne et Paris.1 mois plus tard, Guillaume Seznec est accusé de l'avoir fait disparaitre. Un faisceau de preuves accable Guillaume Seznec, même si le corps de Quéméneur n'a jamais été retrouvé. Malgré ses protestations d'innocence, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité par la cour d'assises de Quimper en 1924Quelques années plus tard, débute une campagne de presse dénonçant une erreur judiciaire qu'aucune demande de révision (la dernière date de 2006) n'arrivera jamaisà démontrerGuillaume Seznec revient du bagne de Guyane en 1947 et poursuit la lutte pour voir reconnaitre son innocence. Il meurt en 1954 mais son combat est repris par sa fille puis par son petit-filsGuillaumeCertains y voient une affaire d'État en lien avec l'URSS, sur fonds de trafic d'automobiles mené par des politiciens véreux en 1923, d'autres une affaire d'adultère. Ces théories ont fini par convaincre l'opinion publique de l'innocence de Guillaume Seznec, tout particulièrement en BretagneAujourd'hui, malgré l'ouverture de toutes les archives et après un siècle de recherches, rien ne peut confirmer ces hypothèses. Reste à considérer que les jurés de Quimper en 1924 ne s'étaient pas trompés..Ce livre met en lumière les éléments prouvant la culpabilité de Guillaume Seznec et analyse comment cette affaire est devenue un symbole breton, une cause quasi sacrée, partagée par toute une région pour des raisonsn'ayant rien à voir avec le dossier.
voir la fiche du livre
19.90 €

LA RESISTANCE FRANCAISE A BUCHENWALD

LALIEU OLIVIER

Depuis la Libération, le camp de Buchenwald, symbole de la résistance des déportés dans le système concentrationnaire nazi, est au coeur de polémiques acharnées : quel est le rôle respectif des droits communs et des politiques dans le contrôle de l'administration intérieure du camp ? Et chez ces derniers, quelles sont les conséquences des rivalités entre gaullistes et communistes ? Qu'impliquent les rapports de force permanents entre les différentes communautés nationales ? Et dans quelles circonstances le camp est-il libéré, le 11 avril 1945 ? Au-delà des passions et des conflits, à partir d'archives et de témoignages inédits et avec le recul serein de l'historien, Olivier Lalieu révèle la véritable histoire de la résistancedes déportés français alors que chaque actionavait le poids d'une vie.
voir la fiche du livre
10.50 €

LA GUERRE D'INDOCHINE

CADEAU, IVAN

Saigon, avril 1956 : la France quitte le sol vietnamien. Près d'un siècle après la conquête, au terme de dix années de guerre et de centaines de milliers de morts, la page de l'Extrême-Orient français se referme.Au printemps 1940, l'effondrement de la France sonne le glas de l'Indochine française. L'intrusion japonaise et le réveil des nationalismes locaux bouleversent les rapports que la métropole entretient avec le Vietnam, le Laos et le Cambodge. Après 1945, cependant, les Français ne saisissent pas l'ampleur des changements survenus au cours du second conflit mondial chez les peuples colonisés. Au Vietnam, les revendications du Viêt-minh sont en totale opposition avec la politique menée depuis Paris. Fin 1946, la rupture est consommée : la guerre d'Indochine commence. Elle va durer neuf ans. Neuf ans de guerre sans front, et au cours desquels le corps expéditionnaire français ne parvient pas à vaincre un ennemi insaisissablemais omniprésentFace à la tactique de guérilla du Viêt-minh, notamment, le matériel moderne de l'armée française se révèle peu adapté. Embuscades et pièges démoralisent les soldats et le haut commandement perd progressivement l'initiative du combat. En mai 1954, la défaite de Diên Biên Phu porte le coup de grâce aux forces du corps expéditionnaire et accélère la fin des hostilitésLes officiers français sortent profondément marqués de ce combat, meurtris par l'indifférence, le mépris et l'opprobre dont ils se sont sentis victimes de la part de la nation. Nombreux sont les cadres bien décidés à ne plus revivre l'humiliation de l'expérience indochinoise, alors qu'une nouvelle guerre les attend sur un autre théâtre d'opérations,en Algérie.
voir la fiche du livre
12.50 €

LA GUERRE GERMANO-SOVIETIQUE T.2 - 1943-1945

BERNARD, NICOLAS

Janvier 1943. Après avoir vaincu la Wehrmacht à Stalingrad, l'Armée rouge entame sa contre-offensive, grâce à un effort de guerre tournant à plein régime et une aide alliée qui s'intensifie. Mais le IIIe Reich vend chèrement sa peau : les batailles - telles que celle de Koursk, en juillet 1943, ou l'opération "Bagration", qui conduit à la reconquête de la Biélorussie à l'été 1944 - deviennent titanesques. Les morts se compteront par millions pour qu'enfin le drapeau rouge flotte sur Berlin, en 1945. Vaincue sur tous les fronts, l'Allemagne en ressort ruinée, meurtrie, occupée, amputée, coupée en deux. Quant à l'URSS, si sa victoire la hisse au rang de superpuissance, le carnage l'a saignée à blanc. Dans ce second volume de La Guerre germano-soviétique, une dictature périt quand une autre triomphe. Entre mythologie, déni et amnésie, leurs peuples, bourreaux comme victimes, devront assumer le legs mémoriel de cette violence inouïe.