Fermer
Chargement...

1 /

    Chargement...

La TV Griffe Noire... tout un programme !

Litterature Japonaise


La beauté du diable

Jha Radhika

La beauté du diable, ou comment le désir vient aux femmes. Le désir d'être belle, de se croire une reine, le désir d'allumer les regards de convoitise et d'envie sur son passage. Kayo aurait pu mener une existence fade et rassurante de mère au foyer à Tokyo. Jusqu'à ce que germe en elle une graine qui va définitivement changer sa vie. Cette histoire aurait pu tout aussi bien se dérouler à Paris, Londres ou Delhi ; dans n'importe laquelle de ces capitales où prévaut le culte de l'apparence et du luxe, où la pétillante ivresse du shopping peut se transformer en drogue, et le paradis en enfer.
voir la fiche du livre
8.50 €

Fils de l'eau

Gu Byeong-Mo

Pour échapper à la noyade, un enfant développe des branchies qui lui permettent de vivre dans la solitude de l'eau et le bonheur d'être libre au milieu des poissons. Recueilli par un vieil homme et son petit-fils, il mène avec eux une vie fruste et innocente au bord du lac où ils vivent, forcé de cacher sa singularité aux yeux des autres. Profondément ancré dans la réalité de la Corée d'aujourd'hui, ce roman distille un charme secret. Imprégné de l'odeur de l'eau et des algues, de la violence de la pluie, il conte l'histoire d'un être à part, dont la différence est à la fois un malheur et une grâce, avant de devenir le moyen de sauver les autres.
voir la fiche du livre
7.00 €

Vingt ans avec mon chat

Inaba Mayumi

Tout a commencé avec la rencontre d'un chaton égaré. Une boule de poils vaporeuse accrochée de toutes ses griffes au grillage d'un collège près de Tôkyô. Une chatte friande de sardines et de bonite aigre-douce, qui va s'introduire dans la vie de l'auteur pour très longtemps. Mî va partager avec elle quatre-vingts saisons, la rendre sensible à l'odeur du vent, aux signes de la nature, à la température de la lumière, et accompagner chacune des transformations de sa vie. Car ce roman étoilé de poèmes est aussi celui d'une femme habitée par le désir d'écrire et qui, les yeux posés sur Mî blottie à ses côtés, va se transformer en écrivain.
voir la fiche du livre
7.50 €

NOS JOURS HEUREUX

Gong Ji-young

Yujeong a le coeur en miettes lorsque sa tante Monica, qui est religieuse, l'emmène à la Maison d'arrêt de Séoul visiter un condamné à mort. Rien ne semble pouvoir rapprocher une jeune désespérée de bonne famille d'un triple meurtrier, et pourtant... Au fil de leurs rencontres, ils vont se raconter avec sincérité leurs "vraies histoires", affronter les ténèbres et découvrir les lumières éblouissantes au sein de ces ténèbres, réparer leurs âmes meurtries. Ce roman bouleversant nous parle de la force de l'amour, de pardon et de rédemption. Son auteur, Gong Ji-young, est une romancière infiniment respectée en Corée pour les combats qu'elle mène pour un monde plus juste. Dans ce pays où la peine de mort n'a pas été abolie, Nos jours heureux a provoqué d'âpres débats, et ne quitte pas la liste des best-sellers.
voir la fiche du livre
8.50 €

HAIKUS DU TEMPS PRESENT

Mayuzumi Madoka

A l'automne, les fleurs des champs paraissent d'autant plus belles que l'on songe déjà à l'hiver, tout comme le soleil paraît d'un éclat plus magnifique encore au moment où il va disparaître à l'horizon. Telles sont les réflexions que je me suis faites en me promenant dans cet immense pré fleuri, où je ne distinguais ni entrée ni sortie. J'avais l'impression qu'il se poursuivait à l'infini. N'en va-t-il pas de même de nos vies ?
voir la fiche du livre
7.50 €

MESSAGES DE MERES INCONNUES

Xinran

Une fois de plus, Xinran nous emmène au coeur de la vie des femmes chinoises - étudiantes, femmes d'affaires, sages-femmes, paysannes - toutes hantées par des souvenirs qui ont marqué leur vie d'une empreinte indélébile. Que ce soit à cause de la politique de l'enfant unique, de traditions séculaires destructrices ou de terribles nécessités économiques, des femmes ont été contraintes de donner leurs filles en adoption, d'autres ont dû les abandonner - dans la rue, aux portes des hôpitaux, dans les orphelinats ou sur des quais de gare -, à d'autres encore, on a enlevé leurs petites filles à peine nées pour les noyer.Ces récits, Xinran n'avait jusqu'à présent jamais pu se résoudre à les rapporter - ils étaient trop douloureux et la touchaient de trop près. A toutes les petites Chinoises qui ont été adoptées à l'étranger, ce livre adresse un message poignant, pour leur montrer ce que leurs mères ont réellement vécu et pour leur dire qu'elles ont été aimées et ne seront jamais oubliées.
voir la fiche du livre
8.00 €

1969

Murakami Ryû

«1969. Annulation des examens d'entrée à l'université de Tôkyô. Les Beatles sortent Yellow Submarine et Abbey Road. Du côté des Rolling Stones, c'est l'année de Honkey Tonk Women, leur meilleur quarante-cinq tours... 1969 est aussi l'année où je passe en terminale dans mon lycée de province d'une petite ville de l'ouest de Kyûshû connue pour sa base militaire américaine.»Rompant avec ses sombres tonalités habituelles, Murakami raconte ses souvenirs de lycéen en cette belle année 1969, quand la jeunesse lisait Rimbaud en écoutant Iron Butterfly, en rêvant de révolution et de filles. Sous la forme d'un bréviaire ironique de la culture pop des années soixante, il décrit les péripéties d'une adolescence mouvementée allant toujours à l'essentiel : le désir, la révolte, l'amour.«Je n'ai pas renoncé au rêve d'une fête qui n'aurait pas de fin.»
voir la fiche du livre
6.50 €

TAJ

MURARI TIMERI N.

Résumé non disponible

La fin du chant

Tschinag Galsan

Sous le ciel de cristal du Haut Altaï, quelque part dans les lointaines steppes d'Asie centrale... La Fin du chant déroule des images d'une beauté et d'une cruauté insensées : des plaines infinies et silencieuses ; une jument prostrée devant son poulain mort-né ; des peuples nomades - Touvas et Kazakhs - qui se massacrent pour un bout de vallée où dresser les yourtes ; des hommes ténébreux, un peu bandits ; des femmes fières, solides comme des pierres sans âge ; et cette gamine hardie, qui défie l'hostilité des lieux, commande bêtes et gens pour la survie de tous... C'est un hymne à la fugacité du temps, à la fragilité d'une culture, un livre-frontière entre un monde qui se meurt et un autre qui s'en vient. (Martine Laval, Télérama.)Tout est beau, d'une beauté sauvage, dans ce livre âpre venu de Mongolie et porté par le grand vent de la steppe... Chez les Touvas, on prétend qu'il ne faut raconter à personne les rêves heureux qu'on a faits, et La Fin du chant est l'un des plus beaux rêves que la littérature d'aujourd'hui nous offre de vivre. (Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur.)
voir la fiche du livre
7.50 €