Fermer
Chargement...

1 /

    Chargement...

Lundi

  • La chronique de Gérard Collard

Mardi

  • La chronique de Marina Carrère d'Encausse
  • Les déblogueurs à Saint-Maur en Poche

Mercredi

  • La chronique de Jean Casel
  • La chronique de Gérard Collard

Jeudi

  • Les plateaux de Saint-Maur en Poche
  • Les références des livres présentés dans "Les coups de coeur des libraires" sur LCI

Vendredi

  • La chronique de Gérard Collard
  • Les références des livres présentés dans "Le magazine de la santé" sur France 5

Samedi

  • La chronique de David Medioni
  • Les références des livres présentés
    dans "A livre ouvert" sur France Info

Dimanche

  • La chronique de Jean-Edgar Casel

Arts - Essais Et Histoire De L-Art

LACAS, MARTINE - PEINTRES FEMMES 1780-1830  -  NAISSANCE D'UN COMBAT

PEINTRES FEMMES 1780-1830 - NAISSANCE D'UN COMBAT

LACAS, MARTINE

Editeur : GALLIMARD
Date de parution :

ean : 9782072906640

9,50 €
Pourquoi y a-t-il eu des femmes artistes ? Le demi-siècle qui court des années prérévolutionnaires à la Restauration voit s'articuler la féminisation de l'espace des beaux-arts avec la transformation de l'organisation de l'espace de production artistique (administration, formation, exposition, critique) et une mutation du goût comme des pratiques sociales relatives à l'art. Si la perception de la période est phagocytée par les figures de David et celles des « trois G. » (Gérard, Gros, Girodet), les peintres femmes n'en sont pas absentes : après le « coup de théâtre » de la réception à l'Académie royale de peinture d'Élisabeth Vigée-Lebrun et Adélaïde Labille-Guiard en 1783, les noms le plus souvent cités sont ceux de Marie-Guillemine Benoît (et son célèbre Portrait d'une négresse ), Angélique Mongez pour ses grandes machines historiques davidiennes, Marguerite Gérard qui a sur vécu stylistiquement au goût Rococo et à la renommée de Fragonard, dont elle fut l'élève puis la collaboratrice, ou bien encore Constance Mayer, dont le suicide semble l'avoir sauvée de l'oubli davantage que son oeuvre souvent réattribuée à Prud'hon, son compagnon de vie et d'atelier. Plutôt que d'étudier, à la suite des feminist et gender studies , les raisons historiques de l'absence de « grandes » femmes artistes (interdiction de pratiquer le nu, et donc la peinture d'histoire, niveau moindre de formation, numerus clausus à l'académie royale...), la relecture des livrets des salons (avec les commentaires des oeuvres, les noms des exposant-e-s, les articles de la presse en pleine expansion à cette époque, les oeuvres ellesmêmes) permet de redonner toute leur place aux témoins et aux acteurs de l'époque.

Du même auteur

DES FEMMES PEINTRES : DU XVE A L'AUBE DU XIXE SIECLE
45,00 €
Ajouter au panier