Fermer
Chargement...

1 /

    Chargement...

Lundi

  • La chronique de Gérard Collard

Mardi

  • La chronique de Marina Carrère d'Encausse
  • Les déblogueurs à Saint-Maur en Poche

Mercredi

  • La chronique de Jean Casel
  • La chronique de Gérard Collard

Jeudi

  • Les plateaux de Saint-Maur en Poche
  • Les références des livres présentés dans "Les coups de coeur des libraires" sur LCI

Vendredi

  • La chronique de Gérard Collard
  • Les références des livres présentés dans "Le magazine de la santé" sur France 5

Samedi

  • La chronique de David Medioni
  • Les références des livres présentés
    dans "A livre ouvert" sur France Info

Dimanche

  • La chronique de Jean-Edgar Casel

Littérature - Divers Litterature

CHATON, ANNE-JAMES - VIE ET MORT DE L'HOMME QUI TUA JOHN KENNEDY

VIE ET MORT DE L'HOMME QUI TUA JOHN KENNEDY

CHATON, ANNE-JAMES

Editeur : POL
Date de parution :

ean : 9782818047705

18,90 €
Le 23 novembre 1963, à 10h45 GMT, Lee Harvey Oswald abat de trois balles de fusil Carcano le 35ème président des Etats-Unis d'Amérique John Fitzgerald Kennedy. Sept jours plus tard, Lyndon Johnson crée la commission Warren, chargée de faire la lumière sur les circonstances de cet assassinat. Elle rend ses conclusions en septembre 1964 : 888 pages extraites des 26 volumes d'auditions et de pièces à conviction accumulées.Pour écrire cette biographie romanesque de Lee Harvey Oswald, Anne-James Chaton a dépouillé les minutes des interrogatoires menés par la commission, ne retenant que les témoins ayant directement connu Oswald ou assisté à l'assassinat, soit 267 entretiens, plus de 10.000 pages. Le roman est exclusivement construit à partir de cette base documentaire. Les informations recueillies par l'examen de cette archive vivante sont méticuleusement prélevées et organisées afin de reconstituer la vie de Lee Harvey Oswald sur la seule base de ces témoignages. Le livre prend la forme d'une biographie mais très vite l'oralité bouscule la narration. Les voix des témoins surgissent dans le texte. Tout s'accélère. Jusqu'à faire entendre les dialogues réels, ceux des témoignages. La dimension sonore du livre s'affirme encore avec la retranscription des enregistrements radios des voitures de police au moment de l'assassinat. Plus le lecteur s'approche d'une fin qu'il sait inéluctable et plus le phrasé du récit se dépouille pour laisser place à la parole vivante des témoinsLa dernière partie du livre, consacrée aux interrogatoires de polices dans le commissariat de Dallas, tient quasi exclusivement à la restitution des séances d'identification et des débats entre le commissaire de police et l'assassinLa biographie a lentement muté en thriller, puis en tragédie. Le réel cède le pas à la possibilité de la fiction.